Saint Brévin Infos

EPMS Saint-Brevin le conflit se durcit

Depuis le débrayage du mardi 30 Mai 2017 sur le pont de St Nazaire ayant réuni plus de 250 agents, aucune avancée n’a eu lieu concernant les revendications. Les syndicats FO, CGT appellent à un 4ème débrayage le jeudi 15 JUIN 2017 de 13h30 à 15h30 à la Sous-Préfecture de Saint-Nazaire . Dans un communiqué les syndicats évoquent « le mur du mépris »

" Consternant  l’ineptie de la direction qui s’engage dans une démarche d’envenimer le conflit social plutôt que de diriger son énergie à en chercher l’issue ! En effet celle-ci, en pleine campagne sur les structures pour raffistoler le contrat de confiance auprès de son personnel, ose en réponse à ce troisième débrayage massif une tentative de répression envers les organisations syndicales, et ainsi à travers atteindre l’ensemble des agents ! Pour preuve le mail du 31/05 adressé par Mme la Directrice Générale à FO et CGT : celle-ci pour reprendre ses termes, juge «ces pratiques inadmissibles et à l’encontre du respect du résident et de sa vie privée » la présence de deux  petits malheureux cartons et une banderole revendicatifs dans l’enceinte de l’établissement. En retour, nous l’avons paraphrasée en lui déclinant qu’il nous parraissait « largement plus inadmissible les prises en charges dégradées des résidents, les conditions de travail des agents engendrant de l’épuisement professionnel et le management de ses collaboratrices ». 

             REVELATEUR DU MEPRIS de la direction qui ose nous moraliser sur un versant ultra-sensible : celui du respect des résidents ! Il semble utile de rappeler à cette direction qu’en tant que représentants du personnel mais aussi agents de l’EPMS, responsables dans nos engagements et convictions, nous nous sommes largement appliqués à répondre à l’exercice de nos missions depuis de nombreuses années. Nul besoin  d’avoir attendu sa salvatrice arrivée sur l’EPMS, pour savoir que nous accueillons des résidents et que nous devons être attentifs aux besoins des usagers !

             MEPRIS DE LA DIRECTION également révélé par un florilège d’expressions :

- En instance, en lien avec les effectifs dégradés et l’abandon d’activités, en réponse à notre inquiétude quant au projet d’une toilette 1 jour sur 2 (secteur MAS), réponse de la direction : « mais est-ce que tout le monde se douche tous les jours ? ».

- « j’ai fait des études pour ne pas avoir à subir vos désagréments » réponse apportée à des agents qui expliquaient leurs contraintes.

- « faîtes une formation de secrétaire » à une aide-soignante qui déplorait les conditions de travail dégradées….les secrétaires apprécieront !

- « on connait les fortes têtes et les têtes vont tomber » conclusion de la direction face à un groupe d’agents.

ALORS…MESDAMES LES DIRECTRICES, OU VOUS PLACEZ-VOUS SUR L’ECHELLE DU RESPECT ?

LA CAMPAGNE DE PROPAGANDE DE LA DIRECTION

Depuis le dépôt du prévis de grève reconductible du 19/04/2017 et les débrayages successifs, la directrice générale s’est lancée dans une campagne de séduction auprès des équipes afin de rétablir « sa  vérité », dans l’intérêt d’éroder la mobilisation. Grace aux retours des structures, nous avons rapidement recensé les arguments à visée anesthésiante déclinés par la direction :

- « Il n’y aura pas de suppression de poste d’IDE de nuit en 2017/2018, mais il faudra se reposer la question en 2018 ». Pour les syndicats la réelle question qu’elle doit se poser est : comment faire pour garder nos postes d’IDE de nuit ?. Nous avons bien une idée….l’ARS !

- « Le personnel de nuit reste à 10h30 et aucune modification d’horaire n’aura lieu pour les agents titulaires. Quand on met quelque chose au travail cela ne signifie pas supression ». Pourtant le travail effectué aujourd’hui sur les effectifs par des réunions de comité de pilotage, fait clairement ressortir des supressions de postes !

- « Il n’y a pas eu de supressions de postes à l’EPMS ». Et pourtant : le poste de cadre de nuit , trame planning à 7.6 ETP pour la MAS océane avec soit disant un complément de 0.20 ETP par mois qui n’est quasiment jamais présent puisqu’il comble les arrêts maladies de la structure, pool de suppléance diminué de 4 ETP, baisse des effectifs des psychologues, non remplacements pérennes pour le secteur administratif ainsi que les maitresses de maison…. Et nous pourrions en ennumérer bien d’autres...

- « Le passage à 7h pour les contractuels est encore un mensonge », c’est sans doute pour cela que dans le littoral info n°55 de mars 2017, elle informe :« un passage à 35 h pour les agents en cdd ( hébergement ou transversaux,renouvellement ou nouveau contrat ) à compter du 1er juillet 2017 ». Qui sont les menteurs ?!

- Elle dit « être opposée aux horaires coupés ». Or sur le terrain les horaires dégradés se multiplient, résultat d’un pool de suppléance insuffisant. 

- Au cours du CHSCT du 24/04/17 la direction clame haut et fort « aucun agents de l’EPMS ne fera trois dimanches consécutifs cet été ». Pourtant la note d’information du 23/05/17 incitant les agents à contrevenir  à la réglementation contre rémunération, vient à l’encontre de cet engagement !!

Comme vous l’aurez saisi, ce communiqué est celui de la COLERE face aux attitudes de la direction en total décalage par rapport à l’urgence sociale de notre établisement !

NON nous ne sommes pas non plus des moutons alignés d’un seul rang sous la houlette des bergères ! Et puisque Mme la directrice nous ordonne de laisser les murs de l’établissement vierges de toute expression de mécontentement, qu’elle se rassure : pour ce 4ème débrayage nous allons délocaliser nos revendications au-delà de ses limites !

08/06/2017 | 0 commentaire
Article suivant : « EPMS Saint-Brevin : Débrayage massif et manifestation sur le pont de Saint-Nazaire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter