Saint Brévin Infos

Saint-Brevin : Benoît Guérin a été investi samedi par La République En Marche

Ils étaient trois à souhaiter l’investiture En Marche à Saint-Brevin. Nathalie Le Berre anciennement LR qui se revendiquait Macron compatible, le maire sortant Yannick Morez, et c’est finalement Benoît Guérin qui a obtenu l’investiture En Marche. Comme dans d’autres circonscriptions, le choix du député a été décisif. La CNI En Marche n’étant qu’une chambre d’enregistrement.
Benoît Guérin Candidat En Marche à Saint-Brevin
Benoît Guérin Candidat En Marche à Saint-Brevin

Comme dans l’ancien monde c’est la politique de « l’entre-soi » dont les militants sont soigneusement écartés.

 On se demande bien pourquoi tous ces candidats souhaitent une investiture En Marche. La Macronie est en déliquescence, les tensions sociales n’ont jamais été aussi fortes dans ce pays. Et les sondages annoncent une sévère défaite des candidats LREM aux municipales. Les Républicains et la gauche écologiste semblant tirer leurs épingles du jeu partout. 

France 2 a révélé que le parti a édité un petit guide que l’on pourrait nommer « municipales pour les nuls » qui conseille de ne pas mettre le logo LREM sur les documents électoraux. Dans les sphères du parti, on s’attend effectivement à ce que la défaite soit sévère.

Qui est Benoît Guérin ?

Il a 48 ans marié et père de 3 enfants et Agent Commercial dans l'immobilier. Il est élu local et  a été adjoint à Saint-Brevin. Il a démissioné de son poste d’adjoint en août 2019 suite à un désaccord avec le maire Yannick Morez qui avait été mis en place par Yannick Haury.

Auteur : MJ | 22/12/2019 | 6 commentaires
Article précédent : « Saint-Brevin  : FO répond au député Yannick Haury »
Article suivant : « Saint-Brevin : le maire a fait du ménage dans sa majorité, la tension est forte »

Vos commentaires

#1 - Le 22 décembre 2019 à 18h08 par serpent de mer, Saint-brevin
Quelle faute politique de Nathalie Le Berre. Elle aurait demandé le soutien de sa famille politique d'origine elle était élue !
#2 - Le 24 janvier 2020 à 13h42 par choses entendues, Saint-brevin Les Pins
Il se dit que Monsieur Guérin à un soutien au gouvernement (une secrétaire d'état de sa famille... ). Ceci expliquerait donc cela !
#3 - Le 28 janvier 2020 à 22h14 par Schweitzer, Saint BrÉvin Les Pins
Mais pourquoi se battent ils puisqu'ils sont tous d'accord pour ne rien changer?
#4 - Le 07 février 2020 à 11h13 par Fouglé, Saint Brevin Les Pins
En Marche la nébuleuse au grand paradoxe...

Benoît Guérin reçoit l'investiture, très certainement grâce à sa cousine, ne matchant pourtant pas toutes les cases imposée par le mouvement.

Mais :

Le comité local soutient Yannick Morez qui n'a pas eu ni l'investiture ni le soutien et qui ne matche pas non plus toutes les cases...

En gros si les brévinois ne veulent pas que la Ville soit à la main de En Marche, ils savent pour qui il ne faut pas voter...
#5 - Le 28 février 2020 à 14h52 par Chloé, Saint-nazaire
Il y en a qui, jour après jour, vont se mordre les doigts d'être allés sur cette liste En Marche. Le quotidien le Monde titre ce jour : "municipales bérézina pour LRM" et de citer des sondages de 4 à 16% selon les villes et de citer une trentaine de candidats dissidents.... Depuis les élections présidentielles et européennes, il y a eu la contre-réforme à points qui mobilise contre elle pratiquement toutes les catégories sociales, il y a eu le mépris pour les hospitaliers, il y a eu la réforme Banquer du bac....LRM nous bassine avec la démocratie. Voici un exemple de démocrate : "Merci de cet article. Tu me donnes une telle énergie que je vais te mettre la tête dans le cul. Rendez-vous le 15 et le 22. » Voilà un des SMS envoyés par le candidat de La République en Marche​Yvon Berland au journaliste des Echos Paul Molga. Ce dernier venait d’écrire un article titré « à Marseille, la campagne d’En marche n’accroche pas. »

L’affaire, révélée par Marsactu, suscite un vif émoi à Marseille. « La campagne prend une mauvaise tournure, il faut rappeler les candidats au calme, lance Paul Molga, joint par 20 Minutes. Surtout un candidat comme Yvon Berland, qui voulait faire signer une charte éthique de non-agression aux autres candidats… »

« Je vais te faire la peau »
Paul Molga raconte avoir reçu de nombreux appels et textos agressifs de la part du candidat LREM après la publication lundi d’un article « mordant » sur sa campagne à Marseille. « Ça a été très violent », relate le journaliste, qui affirme qu’Yvon Berland lui a notamment dit : « Je vais te faire la peau, j’ai la mémoire longue… On va se retrouver. »
J'ai cru comprendre qu'à la Turballe, le candidat LRM a plié bagage. Il n'est pas sûr que tous les candidats de cette liste aient bien mesuré dans quelle galère ils s'embarquaient.
#6 - Le 29 février 2020 à 12h53 par Chloé, Saint-nazaire.
En Marche arrière toute: Le quotidien Monde de ce jour titre: une bérézina pour LRM. Les sondages vont de 4% à Sainte-Etienne à 16% à Perpignan. Une trentaine de candidatures dissidentes, une vingtaine d'affrontements entre candidats Modem et LRM"... C'est le résultat du mouvement contre la réforme à points des retraites, contre la réforme Blanquer du bac... Je ne parle pas des formes de violence contre les manifestants : en voici une pas piqué des vers : "Merci de cet article. Tu me donnes une telle énergie que je vais te mettre la tête dans le cul. Rendez-vous le 15 et le 22. » Voilà un des SMS envoyés par le candidat soutenu par La République en Marche​Yvon Berland au journaliste des Echos Paul Molga. Ce dernier venait d’écrire un article titré « à Marseille, la campagne d’En marche n’accroche pas. »

L’affaire, révélée par Marsactu, suscite un vif émoi à Marseille. « La campagne prend une mauvaise tournure, il faut rappeler les candidats au calme, lance Paul Molga, joint par 20 Minutes. Surtout un candidat comme Yvon Berland, qui voulait faire signer une charte éthique de non-agression aux autres candidats… »

« Je vais te faire la peau »
Paul Molga raconte avoir reçu de nombreux appels et textos agressifs de la part du candidat LREM après la publication lundi d’un article « mordant » sur sa campagne à Marseille. « Ça a été très violent », relate le journaliste, qui affirme qu’Yvon Berland lui a notamment dit : « Je vais te faire la peau, j’ai la mémoire longue… On va se retrouver. » De là à faire appel à la mafia! Je n'exagère pas, croyez-moi.

Après ça, ça ose encore se présenter devant les électeurs. Peut-être certains candidats embarqués sur la liste, sans doute encore illusionnés par les résultats à la Présidentielle et aux européennes vont-ils réagir.
Ce n'est pas tout:Jacques Maire a été désigné rapporteur de la réforme des retraites. Encore un conflit possible d'intérêts, comme l'affirme René Dosières.Il a 400.174 euros d'actions AXA fonds de pension!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter