Saint Brévin Infos

Saint-Brevin : Un conseil de comptable

Un petit d’air d’été pour le conseil municipal avec fenêtre ouverte et bras de chemise pour se pencher sur les comptes de la commune 2011.

Les élus approuvent les comptes de gestion du Receveur, puis se penchent sur les comptes administratifs concernant le budget principal et les budgets annexes (Camping, Centre nautique et Complexe culturel de la Guerche).
5 millions d’investissements
Éric Bouzidi (minorité) intervient sur ce dossier avec des interrogations concernant plusieurs sujets : « On se demande pourquoi arrive-t-on à un excédent de 15 % sur le budget de fonctionnement prévisionnel ? ». Il évoque aussi le tableau des effectifs : « Il y a 20 % de postes budgétisés et non pourvus », enfin : « Malgré les compétences transférées à la Communauté de communes Sud Estuaire, on n'a pas diminué le coût de fonctionnement du personnel ».
Éric Touret, l’adjoint aux finances répond en l’absence de Yannick Haury qui n’a pas le droit d’assister à cette délibération. « Il faut prendre en compte l’excédent reporté de l’année précédente qui représente plus de 10 % ; sur le personnel, effectivement, il y a une différence (189 postes budgétisés sur 152 effectifs). Cela correspondant à du prévisionnel concernant les postes fermés ou ouverts en interne ». En clair, une marge de manœuvre pour les avancements et l’ancienneté. Enfin, « 48 compétences ont été transférées à la CCSE, certains agents de la commune sont passés à la communauté de communes ou à la SEMSEL ».
 L’ensemble de ces comptes est approuvé, moins les six abstentions du groupe de la minorité.
Yannick Haury revient dans la salle pour conclure : « Ce compte administratif démontre que nous continuons à améliorer notre capacité d’autofinancement, et donc notre capacité à investir sans recourir à l’emprunt et sans augmenter les taux d’imposition. Nous avons ainsi pu privilégier en 2011 des investissements utiles en particulier sur la voirie et la défense de côte.
Cette gestion attentive va nous permettre de poursuivre nos investissements pour cette année à hauteur de cinq millions d’euros ».

La municipalité entend poursuivre le développement de la mobilité avec par exemple le réaménagement des abords du collège cet été, la rénovation des bâtiments (La base nautique est terminée) et la préservation de l’environnement (comme la réhabilitation du chemin côtier).
L’affectation des résultats dans les différents budgets voit aussi la minorité s’abstenir et obtient 27 votes favorables. (L’excédent de fonctionnement est de 2 606 186 euros).


Les dotations de l’Etat en baisse
On reste dans le domaine financier avec le rapport (non soumis au vote) de l’utilisation des crédits issus de la DSU (dotation de solidarité urbaine). Cette dotation de l’État (169 378 euros) a été affecté principalement au budget des dépenses de fonctionnement ; par exemple famille et logement et aux investissements, écoles, équipements culturels, associatifs ou sociaux. Si la DSU contribue à équilibrer le budget ; Yannick Haury constate et déplore une baisse globale de l’ensemble des dotations de 76 115 euros « Alors que nos besoins et notre population augmentent ».

Taxe sur les commerçants ambulants, hors marché

Un peu débordée/excédée par les commerçants ambulants alimentaires qui viennent vendre leurs marchandises, notamment lors des grandes manifestations estivales (Fête de la moule ou le festival pyrotechnique), la municipalité décide de réglementer la situation en instaurant des droits de place spécifiques qui n’existaient pas auparavant. Les emplacements seront définis par la Ville. Aux agents municipaux d’encaisser ce droit de place « rendu nécessaire pour contrôler l’arrivée massive de ces commerçants qui s’installent sans autorisation ». Le forfait « grandes manifestations » est fixé à 150 euros, pour avoir un pouvoir dissuasif, il faudra se montrer persuasif pour encaisser cette taxe auprès des marchands de gaufres ou de galettes…
Le conseil se termine par une cession de parcelles à la CCSE pour y aménager la voie d’accès à la future déchèterie communautaire et par la dénomination de deux impasses dans le lotissement de la Mercellerie. Située près de la Loire, on a choisi de rester dans l’atmosphère du fleuve avec l’impasse des Piautres (gouvernail de bateau de Loire) et Impasse des fûtreaux (barque de Loire).

Auteur : JRC | 01/06/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Les 130 ans philatéliques et postaux »
Article suivant : « Conseil Municipal : ce qu’il faut retenir »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter